Début Janvier dernier, j’ai fait l’expérience de la Gratitude.

Une expérience pleine, essentielle. Je dirais même fondatrice pour moi.

J’étais dans l’avion entre Munich et Timisoara et lisais attentivement un magazine décrivant une méthode de découverte des talents personnels, un thème qui m’est cher.

Arrivée à la page qui proposait d’écrire les dons ce que nous ont légués père et mère, j’ai commencé à écrire les quelques talents familiers pour lesquels je leur était reconnaissante : je suis gourmette, anglophile et mélomane,… grâce à mon père. J’aime le beau, le travail manuel, l’engagement grâce à ma mère… J’avais bien sûr largement répondu à ces questions dans le passé.

Mais cette fois ci, c’était différent :

  • j’avais lu quelques jours auparavant une phrase du philosophe Khalil Gibran. La voici : « J’ai appris le silence du bavard, la tolérance de l’intolérant, et la bonté du méchant. Pourtant, je ne serais pas ingrat envers ces enseignants. »
  • Depuis quelques mois, Maman déclinait paisiblement. Je venais de la quitter quelques jours auparavant et me demandais si je pourrais à nouveau échanger avec elle.

A la lumière de cette phrase de sagesse de Gibran, j’ai revu avec une sincérité, ouverture et compassion toute nouvelles l’histoire de mes relations avec mes parents : j’ai non seulement compris intellectuellement mais surtout profondément ressenti tout ce que je devais à chacun.

Je me suis alors sentie submergée par la gratitude.

Plus je l’exprimais, plus je la ressentais.

Il ne m’a alors plus été possible d’appeler Maman autrement que “ma petite Maman chérie” tellement tout était devenu clair pour moi. Nos convergences mais surtout nos divergences passées, dont les plus douloureuses, me sont apparues comme vraiment fondatrices pour faire de moi la femme que je suis devenue : engagée parce qu’elle l’était, optimiste parce qu’elle ne l’était pas, tolérante parce qu’elle l’était, décidée à pardonner puisqu’elle était rancunière (elle a tout de même appris à pardonner de bien belle manière), femme et mère puisqu’elle avait renoncé à être femme, …

C’était lumineux et notre relation a encore embelli.

Alors voilà, je vous invite à faire cette expérience vous aussi.

Attendez d’être prêt(e) ou plutôt recommencez jusqu’à ce que vous soyez prêt(e). Vous sentirez toute la différence quand vous aurez compris, aurez pardonné ou serez prêt à le faire.

Je vous souhaite tout le bonheur de ressentir la Gratitude de tout votre coeur. Il n’est jamais trop tard, que vos parents vivent toujours ou aient quitté ce monde pour un autre plus lumineux.

Mon Blog

Le sens de ma vie
Le sens de ma vie

Le sens de ma vie

Es tu à ta place ? Je me revois, il y a 10 ans déjà. J’étais ingénieur commercial et avais mon bureau au 24ème étage d’une tour de Paris la Défense. Cette question du sens, de loin en loin, sous le coup du stress, de la fatigue ou bien lorsque mes...

X