Nos vies se modèlent sur la base des expérience de nos parents, de nos ancêtres, des personnes de notre entourage, des us et coutumes de la société dans laquelle nous vivons.   

Nous sommes loin d’être libres : nous sommes plutôt le résultat de ce que nous avons vécu de près ou de loin, des convictions que nous avons développées conséquemment, de ce que nous avons imprimé dans nos cellules.

 

Aimer l’argent ou pas est  le résultat de notre histoire

De même que nous pouvons aimer la littérature parce qu’un professeur nous a inspiré, le jardinage parce que notre grand-père nous a initié, le sport parce que nous y avons été encouragés,.. nous pouvons apprécier l’argent par ce qui nous a été transmis à son propos : nous avons vu nos parents construire leur maison et y vivre une belle vie avec nous, nous avons un oncle entrepreneur qui a réussi et bien vécu, nous avons des amis riches avec lesquels nous passons de formidables moments,…  Dans cette histoire, l’argent est perçu positivement.  

Mais, il n’en est pas de même si notre histoire est parsemée d’évènements négatifs. Si nos parents ont eu une vie matérielle difficile, en ont souffert et nous avec, si l’argent a été source de conflits familiaux, s’il y a eu faillite,… comment ne pas avoir de l’argent une vision négative ou en tout cas mitigée ? Comment ne pas être imprégnés, même à notre insu, de ces évènements  qui font le lit de croyances telles que : « il faut travailler dur pour gagner sa vie », «les patrons sont malhonnêtes », «la vie est injuste »,… « l’argent est la cause de tous les maux »,… ou bien «quand je ferai ce métier, je serai à l’abri du besoin», « quand j’aurai cette maison ou cette voiture ou cette robe, je serai heureux.se »…

 

Notre histoire façonne notre relation à l’argent… qui façonne à son tour notre vie.

Personne n’est à blâmer ! Mais chacun de nous est responsable de sa vie tout court et de sa vie financière en particulier ! En fait, il s’agit pour chacun de vivre sa propre histoire et non pas la vie dictée par sa relation à l’argent. Lier son bonheur à l’argent ou le rendre responsable de son « malheur » n’est pas juste. En fait, il n’y est pour rien. Ce sont plutôt les pensées entretenues à son sujet qui créent la réalité quotidienne.

L’argent n’est finalement qu’un écran sur lequel nous projetons nos vies.

 

Quand nous aimons trop l’argent …

Quand nous aimons trop l’argent, ou en tout cas lui donnons une grande importance nous sommes dépendants de lui. Nous orientons notre vie en fonction de lui et non de ce qui résonne en nous, nous fait vibrer.

Christian Junod*, expert de la relation à l’argent, évoque toutes ces personnes que leurs aspirations appellent dans une direction et qui en emprunte une autre en raison de leur insécurité.

Nous sommes très nombreux à lier notre sécurité aux montants de nos économies.

Je ne blâme personne, oh combien ! Je suis moi-même passée par là… Je me souviens très bien du jour où j’ai commencé à me dire que j’allais peut être devenir folle si je restais dans cette grande entreprise… mais qu’il me fallait rester pour toucher ma retraite ! Je me sentais piégée… et ne voyait pas comment me sortir de cette situation…  et suis restée 25 ans à faire un travail certes intéressant mais qui ne me correspondait pas..

En fait, je n’avais pas compris que ma sécurité ou mon insécurité était avant tout intérieure et que l’argent n’en était que le reflet.

Combien sommes-nous dans ce cas ?

 

Quand nous n’aimons pas l’argent

Quand nous n’aimons pas l’argent, le repoussons ou ne lui donnons pas une place « raisonnable », il nous le rend bien !

Nous connaissons tous des personnes qui ont toujours des galères financières, à qui l’argent file entre les doigts, qui ne savent pas combien d’argent ils ont sur leur compte, qui souffrent d’être endettés,…

Là encore, je ne blâme personne : pendant longtemps, je n’ai pas su ce qu’était de tenir un bugdet. C’était facile lorsque j’étais salariée et ça a changé  lorsque je suis devenue entrepreneuse.

Je n’avais tout simplement pas compris que je tenais l’argent à distance car il était source de problèmes pour moi, en raison de mon histoire de famille.

 

Aimer l’argent pour ce qu’il est, ni plus ni moins

Questionner sa relation à l’argent est une passionnante opportunité d’évolution. En être conscient est essentiel: une fois que nous avons compris ce qui se joue à travers lui,  nous pouvons nous libérer de son influence et écrire notre propre histoire sans répéter celle des nôtres.

Il y a quelques mois, j’ai écouté Peter Koenig, un chercheur qui a enquêté plus de 30 ans à propos de la relation à l’argent.

Voici quelques mots forts qu’il a prononcés : (j’ai joint ci-dessous le lien vers sa superbe interview)

Il est impossible d’avoir une relation saine avec l’argent à moins de l’ «aimer » ! Que vous le détestiez ou lui  courriez après, il sera toujours votre ennemi, d’une certaine manière…

C’est fantastique de pouvoir dire j’aime l’argent…. Ca parle de ma relation à moi-même ».

C’est le voir comme un outil et non comme un maitre.

Avoir une relation saine à l’argent c’est devenir de plus en plus conscient de notre relation avec nous-même.

Un chemin que je vous invite à emprunter.

 

Quelques liens :

  • Une très belle interview de Peter Koenig :

https://nicaskew.com/collection/for-the-love-of-money/

 

  • Une introduction au travail de Christian Junod :

https://www.youtube.com/watch?v=4Dclalh6wF8

 

  • Les ateliers que j’organise :

https://marianneflorimond.fr/prochains-evenements/

 

  • Un article précédent sur le thème de l’argent :

https://marianneflorimond.com/et-si-nous-parlions-dargent/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon Blog

X