Accordons nos désaccords

par | Sep 5, 2017 | blog | 0 commentaires

C’est ambitieux et pourquoi pas ?

Nous passons trop de temps à nous poser les mauvaises questions : celles qui ne nous font pas avancer, celles qui nous font du mal, celles qui nous emprisonnent dans le rôle de victimes plaintives.

Si au lieu de nous dire :

« J’en ai assez de cette situation »,
« Je n’en peux plus de faire ce travail »,
« Je suis lasse de me battre »,
« Je ne suis pas compris(e) »…

nous nous demandions  :

« Que puis je faire pour améliorer cette relation ? »,
« Quelle activité me ferait du bien ? »,
« Comment m’organiser autrement pour être moins fatigué(e) ? »,
« Comment m’y prendre pour faire ce que j’ai à faire tout en y trouvant un certain plaisir ? »

nous aurions plus d’énergie et d’entrain !

Et si nous passions de la posture de victime à celle de personne responsable, en tout cas décidée à changer ce qui doit l’être ? Nous y trouverions un regain de motivation ! Oui, c’est vrai, ce n’est pas tout simple. Et se retrouver seul(e) devant la tâche à accomplir peut sembler lourd.

« Changer sa vie peut commencer par lui donner plus de sens ».

Voici une démarche simple en 3 étapes :

1 – Comprendre ce que sont nos valeurs

Prenons quelques exemples de notre vie de tous les jours :

  • Les conflits :

Il nous arrive régulièrement d’être en désaccord, de vivre des conflits. Ce sont des moments souvent désagréables et cependant très instructifs. Ils nous montrent qui nous sommes.

  1. Lorsque nous nous emportons envers une personne incivile cela signifie sans doute que nous préférons être respecté(e) et donc que le respect est important pour nous.
  2. Quand nous ressentons de l’irritation envers un collègue qui ne prend pas son travail au sérieux, cela signifie peut être que nous aimons le travail bien fait.
  3. Quand nous prenons la défense d’un ami injustement accusé, c’est que la justice est essentielle pour nous.
  4. Quand nous nous querellons avec notre conjoint à propos de l’éducation des enfants, c’est que nous n’avons pas les mêmes priorités. Pour l’un, l’épanouissement de l’enfant est peut être primordial. L’autre souhaite avant tout l’intégration au mieux de l’enfant dans le « cadre » de la société.

Le respect, le bel ouvrage, la justice, l’épanouissement, l’intégration sont des « Valeurs » : nos « Valeurs » Quand nous les reconnaissons, nous nous comprenons mieux et acceptons plus facilement nos « écarts » de caractère. Quand nous nous emportons, nous nous  engageons pour ce qui est essentiel à nos yeux sans trouver de manière plus adéquate pour ce faire.

  • La lassitude, la frustration

Les situations qui nous frustrent sont des indicateurs tout aussi importants.

  1. Lorsque nous nous sentons las(ses) de faire le même travail cela dénote par exemple que notre créativité est en berne.
  2. Quand nous sommes lassé(es) par une relation, cela signifie peut être que la surprise, la nouveauté ne sont plus au rendez-vous.
  3. La frustration ou l’ennui ressentis au travail veulent nous dire que quelque chose d’essentiel manque : un besoin de responsabilité, d’autonomie ? A chacun(e) de nous de le découvrir !

Créativité, nouveauté, responsabilité ou autonomie sont des besoins que nous ressentons et/ou des valeurs qui nous sont chères en attente d’expression.

2 – Décider que ça change

Cette étape est à la fois simple et délicate. C’est le tournant décisif sans lequel rien ne change.

Attendre que le changement vienne de notre entourage peut nous faire patienter en vain toute votre vie ! Décider que le changement passe par nous est plus immédiat même si c’est un chemin exigeant.

Avoir l’intention sincère de passer en revue les évènements de notre vie qui nous heurtent ou nous frustrent change tout ! Lorsque nous regardons autrement, avec plus de compréhension, bienveillance, engagement, ouverture et cœur, des révélations peuvent apparaître. Avec cœur surtout : le cœur transforme tout !

3 –  En route pour plus de sens !

Passons en revue les situations évoquées plus haut et voyons les avec nos nouveaux yeux :

  1. Avec compassion : cette personne incivile a peut être mal commencé sa journée ? Peut-être vit-elle une situation très difficile ?
  2. Avec bienveillance : ce collègue qui ne s’applique pas a ses raisons, bonnes ou mauvaises. Il ne m’empêche pas de faire mon travail comme je l’entends. Peut être même sera t’il inspiré par ma manière de faire si je parle avec lui sans le juger. Il n’est souhaitable pour personne de passer ses journées à bâcler son ouvrage.
  3. Avec lucidité : prendre la défense de mon ami est important pour moi et pour lui . Et si je prenais le temps de trouver la manière de le faire le plus intelligemment possible pour lui être plus utile ?
  4. Avec amour : avant de me disputer avec mon conjoint, je peux faire de mon mieux pour comprendre sa crainte et en même temps lui expliquer que ce qui compte le plus pour moi est l’épanouissement de notre enfant.
  5. Avec ouverture : quand je suis las(se) de mon travail, je peux commencer par réfléchir à une autre manière de le faire et si ça ne suffit pas, songer à en changer en étant ouvert aux opportunités qui se présentent à moi.
  6. Avec amour : dans ma relation en berne, je peux créer des surprises sans tout attendre de mon/ma partenaire.
  7. Avec engagement : si je m’ennuie au travail et ressens un besoin d’autonomie, je peux réfléchir à comment le mettre en œuvre avant d’en parler à mon supérieur.

Ce ne sont que quelques possibilités, peut être différentes ou complémentaires de celles que vous imaginez.

Si nous voulons que notre vie change en mieux, qu’elle devienne notre chef-d’œuvre, commençons par être en accord avec nous-même… tout en respectant l’autre.

Lorsque ce qui est essentiel pour nous est inexistant voire bafoué, il nous est impossible d’être bien et de donner du sens à notre vie.

Le sens de la vie : accordons nos désaccords

Identifier et comprendre nos « zones de désaccords » et décider de faire notre part pour les accorder : voilà une manière de donner du sens à notre existence, pas à pas !

Mon Blog

X